Couple: comment regler un coup pour toute le Paradoxe une Fidelite

Couple: comment regler un coup pour toute le Paradoxe une Fidelite

Devant un probleme complexe, l’approche scientifique consiste a le deconstruire jusqu’a son niveau le plus essentiel pour determiner les principes de base qui le sous-tendent. Depuis des siecles, c’est le job de la totalite des chercheurs : deconstruire le reel pour tenter de l’expliquer. Ainsi, la physique reste notamment arrivee a un niveau de dissection de l’univers assez avance, ou absolument tout l’univers, tout ce que vous connaissez – votre coloc’ de palier ou Andromede, un moustique ou un trou noir – bien ce qui fut, est et sera resulte de juste 4 forces fondamentales.

Meme si je trouve ca tout a fait fascinant, le critique acerbe qui sommeille en moi n’a jamais pu s’empecher de relever qu’apres des siecles de recherches ultra pointues et d’efforts acharnes pour expliquer l’univers, ces 4 forces ne sont strictement d’aucune utilite lorsqu’il s’agit de denicher une solution satisfaisante a l’epineux probleme qui va nous occuper ici : celui en fidelite.

Le Paradoxe de la Fidelite

Car vous le savez aussi bien que moi, c’est un facheux probleme que nous rencontrons l’ensemble de, ainsi, n’en deplaise aux hypocrites qui me lisent, je vais ecrire tout bas ce que tout le monde crois tout bas et qui, fondamentalement, constitue le fameux Paradoxe en Fidelite :

En couple, la fidelite a l’autre reste erigee en modele absolu et la tromperie assimilee a une trahison violente, aussi meme qu’il reste strictement impossible de n’avoir du desir que pour une seule et meme personne.

Autrement devoile, notre societe (du moins, celle a laquelle je m’identifie) considere moralement condamnable 1 comportement pourtant inevitable. C’est a minimum pres aussi absurde que d ‘encourager d’autoriser la revente et la consommation d’alcool dans l’integralite des bars et restaurants de France pour ensuite retirer des points de permis a tout bout de champ, en prenant et puis l’air effarouche du moralisateur droit au sein d’ ses bottes. En nous laissant la liberte de picoler, il ne va falloir nullement s’etonner qu’on le fasse ! Bref, je m’egare.

Notre raisonnement scientifique de deconstruction ayant fait ses preuves en physique, j’ai tente de l’appliquer au Paradoxe une Fidelite, afin d’apaiser des mille et unes tortures metaphysiques dans laquelle votre paradoxe (et notre beaucoup aimee culpabilite judeo-chretienne) a pu me plonger – tout comme vous, peut-etre. On s’est tous retrouve au sein d’ cette discussion quelque peu genante avec notre moitie :

mocospace application

– Tu m’as deja trompe(e) par le passe ? Ou alors tu vois quelqu’un ces jours-ci ?

-Non, pas. Promis. Jure.

Si votre reponse etait tout le temps vraie, J’me demande bien d’ou viennent alors toutes ces statistiques quand meme assez eloquentes sur l’infidelite. Mesdames, en posant cette question, statistiquement, Il existe 1 chance dans 2 que la mec vous baratine. Quant a vous messieurs, vous n’avez qu’1 chance concernant 3 d’etre cocu ! Haut les coeurs !

Donc devant cette situation pour le moins paradoxale, ou 100% des gens condamnent ce que 50% d’entre eux pratiquent, je me suis dit qu’il ne fallait gui?re rester les bras croises. En deconstruisant le Paradoxe une Fidelite au maximum, j’ai fini par tomber sur une reponse satisfaisante, au niveau le plus fondamental, litteralement : la physique quantique (spoiler alert: je ne suis pas vraiment physicien, meme si j’adore ca).

Une theorie quantique en fidelite

Vis-i -vis fondamental, notre monde reste vraiment etrange. Ce n’est nullement theorique, c’est experimental : on peut reellement voir et mesurer cette etrangete en laboratoire. En physique quantique par exemple, votre electron se comporte soit tel une onde, soit tel une particule…en fonction de quand on le regarde ou jamais. Autrement devoile, le fait meme d’observer l’experience en modifie le resultat…Et plus on veut connaitre, par exemple, la vitesse de notre electron, moins on pourra en savoir sur une position, ainsi, reciproquement. La plupart trucs, au niveau quantique, sont intrinsequement impossible a mesurer sans alterer la mesure. C’est a devenir chevre. Neanmoins, c’est la que, precisement, ca nous interesse. Cette propriete chelou d’la matiere sur un plan quantique eclaire notre Paradoxe d’la Fidelite d’une luminosite scientifique nouvelle, car celle-ci se retrouve dans la relation amoureuse. En cherchant a « mesurer » Notre fidelite de l’autre, c’est-a-dire en surveillant, questionnant, interrogeant, bref, en doutant sans arret de sa propre fidelite, il faut Dans les faits influer via celle-ci – pour le pire, generalement (rien encore penible que de se sentir surveille chaque jour).

Notre p remier principe quantique qu’on pourra en retirer, ainsi, appliquer a la fidelite, s’enonce donc ainsi :

Plus on cherchera a verifier si notre moitie est fidele, plus on modifiera ses chances de l’etre.

Mais les choses ne s’arretent jamais la, puisqu’en physique quantique, une particule va aussi etre dans plusieurs etats, simultanement. C’est comme si votre sirop se mettait a etre en meme temps chaud et froid, sucre et non sucre, avec et sans lait, renverse et dans sa tasse. Si les equations de physique quantique ont integre cette etrange propriete d’la matiere depuis les annees 1920*, a notre echelle, heureusement du fait l’immensite du nombre de particules considerees, cette superposition d’etats ne se ressent gui?re. Si une monde macroscopique masque – statistiquement – une telle propriete de superposition, elle reste pourtant beaucoup reelle : une particule est tout aussi rouge que verte que bleue. Les trois versions sont vraies, en meme temps libre.

Puisqu’on ne est en mesure de donc mesurer la fidelite de sa moitie sans la modifier, il vaut plus renoncer a le faire. Neanmoins, plutot que de se satisfaire d’une incertitude basee dans une absence de resultat mesurable, je prefere m’appuyer concernant l’incertitude quantique, plus elegante puisqu’elle fera etat de et cela reste, vis-i -vis le plus essentiel, ainsi, qui me permet d’enoncer le deuxieme principe quantique d’une fidelite :

Votre moitie est a la fois fidele, ainsi, a la fois infidele.

On met de cote, bien entendu, claque que votre moitie est celle-ci aussi constituee d’un tres large panel de particules, et que l’incertitude ne regne plus autant qu’au niveau quantique. Les physiciens se paraissent habitues depuis cent annees a ce comportement etrange des particules, ainsi, c’est grace a ca que l’electronique est nee et nous va permettre beaucoup des choses : adopter leur mode de pensee, c’est peut-etre la voie du progres, y compris Afin de des problemes triviaux de couple que paraissent la jalousie, la possessivite, l’infidelite, et autres rejouissances qui separent tant d’ames.